Utilité de la socialisation ?


Tout d’abord, désolé pour la longue période sans article, j’ai été deux mois en travail intensif …

Êtes-vous parent ? Avez-vous des enfants ? Si oui, alors vous avez sûrement été amené à réfléchir (ou alors à agir comme les autres) sur cette question (ce problème, diraient certains)

Je définirai simplement la socialisation par le fait de sortir, voir des amis, passer du temps en « réel », etc …
Quelle est donc son utilité ? On voit assez souvent des reportages de parents désemparés parce que leurs enfants ne sortent pas assez, ne vont pas assez voir leurs amis.
Ils considèrent dans le fait que leurs enfants passent la majorité de leur temps devant l’ordinateur (des jeux vidéos, le plus souvent) ou la télévision et pas dehors, « à prendre l’air ».
Excusez-moi, mais vous semblez oublier tout ce qui se trouve dehors.

Premièrement, ils peuvent tomber malade (avec la psychose que provoque la grippe A par ces temps, c’est toujours bon à rappeler, non ?)
Ensuite, il y a probablement tout un tas de vieux pervers qui vont vouloir enlever vos enfants (ah oui, on en fait aussi une psychose, de ça)
Trève de plaisanteries. Je suis persuadé que diminuer l’influence que peut avoir un groupe sur une personne est important.

A favoriser l’appartenance à un groupe, on diminue la capacité à raisonner par soi-même, et on se voit contraint de penser comme le groupe … avec toutes les dérives que cela peut avoir, à l’adolescence (alcool, tabac, drogues parfois …) puisque, dans ce cadre, il n’y a personne pour imposer de limites, lors de ces retrouvailles entre adolescents.

Au collège/lycée, les adultes sont un minimum présents, ce qui permet d’éviter certaines dérives. Lors de sorties entre amis … il n’y a plus d’autorité, ils sont maîtres d’eux-mêmes, et cela peut conduire à des dérives.
On dit qu’il faut tout tester dans la vie, mais je pense que certaines choses méritent d’attendre la majorité, ou assez proche de cet âge (quand on voit que des jeunes de 12 ans commencent à fumer, que leur corps va grandir avec ça … et que des études ont prouvé que plus on commençait tôt le tabac plus on devenait rapidement dépendant …)

Avez-vous déjà réfléchi à tout ce qui se passe dehors ?
Avez-vous déjà pesé le pour et le contre de voir un enfant/adolescent s’amusant seul, ayant tout de même des contacts avec les autres (messageries instantanées, réseaux sociaux …)

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas connu cette technologie étant jeune, et que vous ne la comprenez toujours pas, qu’il faut n’y voir que du mal. Cela protège de bien des maux, et notamment de la société.

A vos pensées, n’hésitez pas à y penser longuement.

  1. #1 by Estwald on 6 septembre 2009 - 10 h 47 min

    Tu opposes un peu trop fortement les sorties dehors et les activités d’intérieur, où d’ailleurs je rappelle qu’il existe aussi des pervers sur Internet.
    Je pense qu’il faut surtout un équilibre qui varie selon les enfants, et puis cette socialisation est aussi le fruit de la façon de penser des parents.

  2. #2 by Lau' on 14 septembre 2009 - 18 h 21 min

    Pas d’accord! Sortir dans le vraie monde c’est très, très important, justement pour en connaître les limites et les mésaventures. Internet c’est bien joli, j’y ai moi-même rencontré pas mal de beau monde, mais presque toutes les personnes que j’estime et que je côtoie aujourd’hui, je les ai rencontrées au lycée. A peut-être deux ou trois exceptions.
    Je suis justement contre ces gamins tout le temps sur le net, et je pense en premier à mon frère qui ne connait tout simplement pas le verbe « attendre »: il veut un jeu, il le télécharge. Il joue à des jeux à la con sans surveillance depuis des années (il a neuf ans aujourd’hui) et maintenant il sait à peine écrire, est en retard en lecture, est violent, malpoli, désagréable et intenable. Quand les enfants jouaient au square avec les autres et lisaient un livre avant de se coucher, ça arrivait moins.
    La société comme tout le monde j’en ai beaucoup souffert les quinze premières années de ma vie, de la cruauté des enfants et d’un esprit trop mature pour mon âge. Je ne regrette néanmoins pas de ne pas avoir passé ces années isolée du reste à choisir mes fréquentations sur une messagerie instantanée.
    Quitte à vouloir protéger mes enfants du monde je préfèrerai les en couper par l’éducation, de type écoles alternatives et communautés « à part » que de les coller devant des forums emplis d’illettrés et de gens basiques.
    Première fois que je réagis même si j’viens régulièrement consulter tes articles ! (J’t’assure!)

  3. #3 by Laure on 15 novembre 2009 - 19 h 18 min

    Hello,
    D’abord, juste pour précision, je me demande si tu ne fais pas erreur sur le terme employé. La socialisation, sociologiquement parlant, est le processus, durant toute une vie, d’intériorisation des règles sociales; que ce soient les valeurs, les normes, les limites, etc etc. L’enfant est socialisé, grâce à ses parents avant tout, mais après, à l’école et à son environnement. C’est là que je vois lien avec ton article.

    Maintenant, je rejoins un peu Lau’ dans son commentaire… mais tu mets en avant la distinction entre deux pédagogies, dont une qui pense que « l’éducation, c’est vivre ». On pourra retrouver Neill, ou Freinet comme penseurs de cette éducation là. En effet, selon cette pédagogie, l’enfant apprends mieux et intériorise mieux ses limites, ainsi que ses valeurs lorsqu’il est livré à lui-même. Lorsqu’il est libre.

    Je te donne un exemple simple tiré d’un témoignage d’un ancien élève à l’école de Summerhill; un enfant, en arrivant dans l’école s’est énervé contre un autre et a voulu se battre avec lui. Tout autour, les autres élèves n’ont pas apprécié, et un lui a expliqué qu’ici, on ne tapait pas, que cela ne se faisait pas. Ainsi, le petit garçon s’est senti gêné, et n’a plus recommencé. Il a donc appris ses limites grâce au contact des autres enfants, des autres simplement.

    Après, cela dépend des cas, et des situations, oui.

  4. #4 by Trees on 31 mai 2011 - 15 h 25 min

    Je ne suis pas d’accord non plus.
    Surtout qu’en Europe et dans tous les endroits civilisés du monde, on ne pense JAMAIS par soi-même mais plutôt par le MOI (uniquement) qui constitue tout ce qui nous entoure depuis ‘the childhood’ (yeaah). Le dernier paragraphe de Laure en est en exemple dans le genre superficiel mais ça peut aller jusqu’à la simple visite d’un site internet par exemple. Bref, le sois-même… Seuls les sages savent.

(ne sera pas publié)

ERREUR: extension si-captcha.php: support d'image GD non détecté en PHP!

Contactez votre hébergeur et demandez-lui d'activer la prise en charge de l'image GD pour PHP.

ERREUR: extension si-captcha.php: imagepng fonction non détectée en PHP!

Contactez votre hébergeur et demandez-lui d'activer l'imagepng pour PHP.